Mis à jour le 19 septembre 2013
.

Archives

Jacques Cousin "Jardins de Lumière" et L’Atelier Photographique Itinérant en Tunisie

Ce sont donc deux réactions qui se combinent dans la série « Jardins de lumière » : une révolution historique, à l’échelle d’un pays, et un mouvement de révolte personnel et construit contre l’aseptisation du regard.
L’exposition est aussi l’occasion de présenter les premiers travaux au collodion des participants à l’Atelier Photographique Itinérant mis en place par Jacques Cousin pendant son séjour en Tunisie.


Initiée en décembre 2010, la révolution du « Printemps arabe » gagne l’ensemble de la Tunisie durant toute l’année 2011, avant de s’étendre à l’Egypte, à la Libye et à une part importante du Moyen-Orient. Les images de cette Histoire en direct défilent à un rythme soutenu sur tous les écrans : télévisions, ordinateurs, tablettes et smartphones. Elles se volatilisent à mesure que de nouvelles images chassent les premières. La course à l’actualité imposée par les grands médias, la peur de ne pas être là au bon moment ou au bon endroit, poussent les photographes à couvrir cette histoire en marche quasi uniquement en numérique.

Depuis plusieurs années, Jacques Cousin s’interroge sur l’acte photographique. Sur son « pourquoi » et son « comment » à l’heure de l’accélération folle induite par l’évolution technologique et la disparition de l’argentique. Son parcours photographique en agence l’a conduit dans de nombreux pays, principalement en Europe et au Proche-Orient. Ses sujets de prédilection sont liés à la religion et aux enjeux sociaux.

En 2010, il ressent un besoin de « ralentir » le processus photographique pour mieux interroger ce médium. Le collodion humide sur verre* s’avérera être le procédé qui lui permettra de répondre au plus près à ce questionnement sur la photographie, sur la fabrication des images, sur leur finalité.
Alors qu’il ne s’est jamais rendu en Tunisie, qu’il n’en connaît pas particulièrement l’histoire, n’y a non plus d’attaches spécifiques, Jacques Cousin décide en octobre 2011 d’y partir, équipé d’une chambre photographique en bois et de plaques de verre. Dans ce voyage, Jacques Cousin ne recherche pas le témoignage ni le reportage, non plus une exploration esthétique, ni même artistique. « Jardins de lumière » se situe plutôt dans le champ documentaire, avec une vision d’auteur, personnelle.

Avec ce procédé ancien, « alternatif » comme il est désormais « tendance » de le nommer, Jacques Cousin entend profiter de sa lenteur, de ses contraintes physiques pour retourner à la source photographique. Sortir de l’instantanéité et de la vitesse des techniques numériques et prendre le temps d’écrire les images.
Car il s’agit bien d’un processus proche de l’écriture littéraire que met en place le photographe avec l’utilisation du collodion : prendre le temps de construire son regard, observer avant de figer l’image, réfléchir à ce que l’objectif va capturer, puis, enfin, déclencher.
Il s’est écoulé 130 ans depuis que le collodion a été utilisé pour la dernière fois pour relater un événement majeur, une part de l’histoire en marche d’un pays, d’une société. Jacques Cousin n’est cependant pas un photographe engagé. Tout du moins, à l’origine... L’occasion de la révolution tunisienne a été pour lui avant tout une opportunité, presqu’un prétexte pour tenter d’approfondir ses recherches sur la photographie et sur le geste photographique. Même s’il avoue lui-même : « Cette histoire ne me concernait pas », il est devenu par la photographie un témoin concerné, touché, ému.

Paradoxalement, c’est une liberté photographique qu’il a décidé d’expérimenter par ce procédé contraignant. Une maîtrise technique dont lui seul pouvait s’affranchir par la pratique, la capacité à obtenir une représentation la plus proche possible de sa philosophie d’auteur. Il s’est évidemment pris au jeu, même s’il a su garder une distance entre ses sujets et lui. Rien d’anecdotique dans ses images uniques sur verre. Au delà de la force de cet ensemble que compose « Jardins de lumière », la volonté de Jacques Cousin était avant tout de s’éloigner de la normalisation technologique du numérique. En effet, les boîtiers numériques sont verrouillés par des pré-réglages, des automatismes, qui malgré de multiples possibilités affichées, ont tendance à l’uniformisation, à l’aplatissement des images. C’est cette liberté, ce rapport intime et personnel à la photographie que Jacques Cousin retrouve avec le collodion. Une relation complexe et physique, un lien unique et profond entre l’outil et l’auteur. C’est peut-être inconsciemment que Jacques Cousin a choisi de couvrir le printemps tunisien, mouvement révolutionnaire, pour mette en abime sa propre révolte contre la standardisation de la photographie.

Ce sont donc deux réactions qui se combinent dans la série « Jardins de lumière » : une révolution historique, à l’échelle d’un pays, et un mouvement de révolte personnel et construit contre l’aseptisation du regard. Par cette évolution historique, le peuple tunisien tente de reprendre son destin en mains tandis que Jacques Cousin interpelle tous les photographes à se questionner sur la photographie, sur son essence même, et les encourage également à réagir face aux diktats de l’industrie numérique. C’est cet acte militant qui l’a conduit sur le théâtre des événements tunisiens, c’est la force de cet engagement qui l’a en conséquence sensibilisé au destin de ce pays. Tout dans ces images nous prouve qu’il n’est pas resté insensible à cette révolution. Si Jacques Cousin semble s’imposer une distance avec les événements et leurs acteurs, son regard reste bienveillant et concerné. Le procédé nécessitant une installation longue et visible aux yeux de tous (l’installation d’un studio ambulant, en plein cœur des rues et de villes, des villages et des campagnes) une relation s’est installée - parfois malgré lui - avec et les personnes autour de lui, spectatrices de cet étrange et ostensible façon de « prendre » des photographies, de « faire » des images. Une interaction s’est alors établie, un échange, donc une implication émotionnelle, humaine.

Le choix du collodion humide ne résulte pas non plus, pour Jacques Cousin, d’une recherche esthétique, ni d’un rendu « pictorialiste » ou « romantique ». Si certains photographes se sont engouffrés dans cette technique par opportunisme ou effet de mode, Jacques Cousin a opté pour le collodion avant tout pour sortir la photographie de plusieurs ornières : celle du tout numérique donc, mais celle aussi qui consiste à enfermer les procédés anciens de la photographie dans une démarche purement patrimoniale, à l’écart des questionnements sociaux et politiques actuels.

« Jardins de lumière » est un temps suspendu, une étape réflexive au cœur d’un événement en constant mouvement. Cet ensemble d’images est le constat sensible de l’implication d’un auteur qui souhaite interroger l’actualité et la photographie dans une autre temporalité. C’est la volonté d’échapper aux injonctions de l’information en temps réel. Un retour à l’essence même de l’acte de photographier.

L’Atelier Photographique Itinérant
« Jardins de lumière » est aussi l’occasion de présenter les premiers travaux au collodion des participants à l’Atelier Photographique Itinérant mis en place par Jacques Cousin pendant son séjour en Tunisie.
Le but de l’Atelier Photographique Itinérant est de permettre à de jeunes photographes tunisiens qui n’ont connu que les outils numériques de s’initier au procédé au collodion humide en vue de produire un travail photographique sur la Tunisie. En s’éloignant d’une photographie pressée, les participants ont expérimenté une photographie en relation avec sa propre histoire, et avec le monde. Il s’agit d’une tentative de mettre en place une autre manière de faire, en ayant le souci d’une approche délicate des lieux, des personnes croisées sur le chemin de l’atelier itinérant. Une approche diverse et transversale de la représentation de ce pays a également été privilégiée.

Les participants à l’Atelier ont aussi assisté Jacques Cousin au cours de son travail personnel, réalisé durant la même période.
L’Atelier a débuté ses activités début octobre à Sfax par un stage sur la technique du collodion humide qui a rassemblé l’ensemble des participants, il est ensuite parti sur les routes de Tunisie.
Cet Atelier a pu voir le jour grâce à Pierre Gassin qui a immédiatement souhaité exposer les travaux de l’Atelier et au Centre Photographique du Maghreb qui prend en charge l’organisation en Tunisie. Le travail de l’Atelier sera exposé à la galerie du Centre Iris, en même temps que « Jardins de lumière ».

Jacques Cousin "Jardins de lumière"
Centre Iris ... pour la photographie
238 rue Saint-Martin - 75003 Paris
+33 (0)1 48 87 06 09
centre-iris.fr galerie@centre-iris.fr
du mardi au samedi, de 14h à 19h
Entrée libre

Vernissage le mercredi 26 avril 2013, à partir de 18h30

Dossier de presse téléchargeable ici

Les stages : « Du collodion à l’exposition »

Dans le cadre de son exposition « Jardins de lumière », Jacques Cousin propose une formation de 5 semaines pour apprendre le procédé particulier du collodion humide, avec la réalisation d’un projet personnel suivi, et exposition en galerie... En septembre 2013 !

+ 3 stages courts d’initiation et de perfectionnement au collodion à partir de la deuxième quinzaine d’août 2013.

Informations et réservations / www.centre-iris.fr / + 33 01 48 87 06 09 / galerie@centre-iris.fr

Toutes les informations sur les stages téléchargeables ici

La vie du Centre

Ambiances de travail en Tunisie

Depuis 3 ans, le Centre Photographique du Maghreb organise des actions pédagogiques en Tunisie. En voici une présentation. Centre Photographique du Maghreb PRESENTATION Le Centre Photographique du Maghreb est une association tunisienne crée le (...)
 

NOUVEAU, les entretiens/conseils pour les inscriptions, c’est par internet !

Ces entretiens premiers entretiens sont sur internet, toute l’année. Nous étudierons de vos projets et vous proposerons un programme adapté. La durée, le rythme, l’intensité... et les moyens de financement, tout sera évoqué et analysé. Envoyez-nous (...)
 

Du 14 au 18 juillet, Laboratoire Approfondi avec Sabrina Biancuzzi

Autour d’une série photographique, testez des différents papiers et chimies disponibles sur le marché, ainsi que des techniques alternatives ! Durée : 5 jours Nombre d’heures : 35 Horaires : 10h/13h et 14h/18h Coût : 890 € Modalités : Acompte de (...)
 

2 places pour le stage de gomme bichromatée

Gomme bichromatée Effectif : 4 personnes Durée : 2 jours - 16 heures Dates : 13 et 14 juin 2014 Horaires : 9h / 13h et 14h / 18h Prix "dernière minute : 190 €
 

Prochain CAFéFOTO, samedi 21 juin

Clôture de la saison. (Reprise en septembre, avec une nouvelle formule... Surprise !) Deux lectures gratuites et conviviales entre 10h et 13h Pour vous inscrire Et les bons conseils !
 

Permanence de Richard Caillot à la galerie

Richard Caillot assure des permanences pour rencontrer le public. N’hésitez pas à venir le rencontrer, il répondra avec plaisir à toutes vos questions curieuses... Jeudi 10 avril de 17 à 19h mercredi 16 avril de 17h30 à 19h Mercredi 24 avril de (...)
 

Les nouveaux stages de procédés alternatifs

Tous les ateliers sont décrits sur cette page : http://www.centre-iris.fr/spip.php?... Sabrina Biancuzzi - Extrait de "Crissement du temps" - Technique mixte Richard Caillot - Extrait de "Fragments de mémoire" - Tirage au (...)
 

L’aventure tunisienne !

La présentation ! Dernière version :
 

La Photographie à la Croisée des Arts

LA PHOTOGRAPHIE A LA CROISEE DES ARTS, par Sabrina Biancuzzi Programme • La photographie n’est pas qu’une image réalisée à partir d’un négatif ou d’un fichier numérique… quand la photo devient une création plastique à part entière. • Historique de la (...)
 

Les prochaines rentrées

10 janvier Un atelier participatif, avec table ronde pour 7 personnes, pour vous guider dans vos choix et vos projets photographiques. Organisé et animé par Sabrina Biancuzzi, photographe belge, graveur et artiste, lauréate de nombreux prix. Les (...)
 







Nos partenaires :





Conception & réalisation - Design : 63 com .com Le centre Iris : école photo et centre de formation professionnelle. Déconnexion Google+Robes de Mariage